Archives pour la catégorie poemes



Il y a…Adieux

barre15.gif 

*

…/…

*

Il en viendra beaucoup des trouveurs d’aventure,
En galop tout poudreux, des roses plein les mains,
Mais l’un, un soir, dénouera votre chevelure
Et vous crierez : C’est toi !…C’est toi jusqu’à demain.

*

Car lendemain viendront des chevaucheurs encore
Moustachus et câlins ou brutaux à souhait
Qui, joie ! seront vainqueurs, Ma joie ! vainqueurs encore
Par la caresse lente ou même à coups de fouet.

*

Et peut-être sera-ce alors temps de tristesse,
Quand vos ongles tachés de blanc déchireront
Votre chair ; quand le coeur trop plein de « quand était-ce »
Vous pleurerez fronçant les plis de votre front.

*

Intercalées dans l’an viendront les journées veuves,
Les vendredis sanglants et lents d’enterrements,
Des blancs et de tout noirs vaincus de cieux qui pleuvent
Quand la femme du diable a battu son amant.

*

Cependant, grâce à vous, merci ! ma dessilleuse !
J’ai bien compris que seuls pouvaient vivre en m’aimant
Dans l’ombre originelle ou mon repos se creuse
Les bons vers immortels qui s’ennuient patiemment.

…/…

Guillaume Apollinaire

***

*

bonjepenseatoi.gif

 

Moesta et errabunda

angemimi122824849212gros.gif

*

*

Dis-moi, ton coeur parfois s’envole-t-il, Agathe,
Loin du noir océan de l’immonde cité,
Vers un autre océan où la splendeur éclate,
Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ?
Dis-moi, ton coeur parfois s’envole-t-il, Agathe ?

*

La mer, la vaste mer, console nos labeurs !
Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse
Qu’accompagne l’immense orgue des vents grondeurs,
De cette fonciton sublime de berceuse ?
La mer, la vaste mare, console nos labeurs !

*

Emporte-moi, wagon ! enlève moi, frégate !
Loin ! Loin ! ici la boue est faite de nos pleurs !
- Est-il vrai que parfois le triste coeur d’Agathe
Dise : Loi des remords, des crimes, des douleurs,
Emporte-moi, wagon, enlève-moi, frégate ?

*

Comme vous êtes loin, paradis parfumé,
Où sous un clair azur tout n’est qu’amour et joie,
Où tout ce que l’on aime est digne d’être aimé,
Où dans la volupté pure le coeur se noie !
Comme vous êtes loin, paradis parfumé

…/…

Baudelaire
Les Fleurs du Mal

***

*

colombemauve122738095147gros.gif

 

***

*

 

Solitudines coeli

angemimi122824849212gros.gif

*

***

*

Le tout éternel sort de l’éternel atome
De l’équation Dieu, le monde est le binôme
Dieu, c’est le grand réel et le grand inconnu
Il est ; et c’est errer que dire il est venu.
Quoique l’impénétrable énigme le vêtisse,
Quoiqu’il n’ait ni lever, ni coucher, ni solstice?
Être bornés, il marque au fond du ciel sans bord,
Vos quatre angles : levant, occident, midi, nord :
Il est X, élément du rayonnement, nombre
De l’infini, clarté formidable de l’ombre
Lueur sur le Coran comme sur le Missel,
Éternelle présence à l’oeil universel…..

*

L’être sans cesse en lui se forme et se dissout
il est la parallèle éternelle de tout…

*

A travers ce qu’on nomme air et terre, flamme, onde
Cet X a quatre bras pour embrasser le monde,
Et se dressant visible aux yeux morts ou déçus,
Il est croix sur la Terre et se nomme Jésus.

***

*

Victor HUGO

*****

***

*

colombemauve122738095147gros.gif

 

 

A Linda

barreflrs.gif

*****

***
*

Votre nom très païen, un peu prétentieux,
Parce que c’est le vôtre en est délicieux ;
Il veut dire « jolie » en espagnol, et comme
Vous l’êtes, on dit vrai chaque fois qu’on vous nomme;

*

Ce nom devient mélancolique en allemand,
Aux brises de l’Avril, il bruisse doucement,
C’est le tilleul lyrique, un arbre de légende,
D’où, chaque nuit, des lutins fous sortent en bande.

*

Enfin, ce rare nom qui dit vôtre beauté,
Ce fut sussi le nom d’une antique cité
Qui florissait jadis parmi les roses belles
Dans Rhodes, l’île où roucoulent les colombelles.

*****
***
*

Apollinaire

***

*

poem1432.gif

*****
***
*

 

 

 

La pitié suprême

barrecr.gif 

*****

***

*

Quand  donc tous les enfers s’évanouiront-ils ?
Quand, ayant un rayon sous chacun de ses cils,
L’aube apparaîtra-t-elle, après tant d’affreux rêves ?
Quand se lèvera-t-il, ce jour saint où les Grèves,
Les Tyburns monstrueux, les hideux Montfaucons
S’écrieront sous les cieux pleins d’astres : Abdiquons !

Dieu ! quand luira l’aurore et le siècle, la vie,

La paix, la joie ouvrant le ciel qui nous convie,
La liberté splendide aux regards enivrés ?

Oh ! brisez tous les fers, Dieu vivant ! délivrez
Le bourreau du supplice et le tyran du trône !

Victor HUGO

*****

***

*

bonjouranggg.gif

 

*****

*

 

Sagesse – XIV

barre77.gif

***

*

L’immensité de l’humanité,
Le Temps passe, vivace et bon père,
Une entreprise à jamais prospère ;
Quelle puissante et calme cité !

*

Il semble ici qu’on voit dans l’histoire.
Tout est plus fort que l’homme du jour.
De lourds rideaux d’atmosphère noire
Font richement la nuit alentour.

*

O civilisés que civilise
L’Ordre obéi, le Respect sacré !
O, dans ce champ si bien préparé,
Cette moisson de la seule Église !

*

Apollinaire
(Londres -75-77)

***
*

barrrejuin2pegase.gif

La clef

barr24.gif

*
***

Pour te guider ô toi que j’aime
Vois la veilleuse est allumée
Sont clos mes yeux tout pleins de gemmes

*

Ouvre tes yeux puisque tu m’aimes
Ouvre pour moi tes yeux fermés

*

Mets de l’huile dans la veilleuse
J’ai perdu la clef de mes yeux
Mes yeux aux pierres précieuses
Cherche la clef prends la veilleuse

*

J’emporte la veilleuse adieu

*

Oh je ne veux pas que tu sortes
L’automne est plein de mains coupées
Non non ce sont des feuilles mortes
Ce sont les mains de ceux qui sortent

*

Adieu je pars sommeille en paix

*

J’ai cherché longtemps sur les routes
Passant n’as-tu pas vu la clef

Apollinaire

*******
***
*

poem88.gif

 

 

Les aveugles

barre15.gif

***

*

Contemple-les mon âme ; ils sont  vraiment affreux !
Pareils aux mannequins ; vaguement ridicules :
Terribles, singuliers comme les somnambules ;
Dardant on ne sait où leurs globes ténébreux.

*

Leurs yeux, d’où la divine étincelle est partie,
Comme s’ils regardaient au loin, restent levés
Au ciel ; on les voit jamais vers les pavés
Pencher rêveusement leur tête appesantie.

*

Ils traversent ainsi le noir illimité,
Ce frère du silence éternel. O cité !
Pendant qu’autour de nous tu chantes, ris et beugles,

*

Eprise du plaisir jusqu’à l’atrocité,
Vois, je me traîne aussi ! mais, plus qu’eux hébété,
Je dis : Que cherchent-ils au Ciel, tous ces aveugles ?

Baudelaire

***
*

colombemauve122738095147gros.gif

*

***

*

Femmes damnées

barrefff8.gif 

*

***

*

A la pâle clarté des lampes languissantes,
Sur de profonds coussins tout imprégnés d’odeur,
Hippolyte rêvait aux caresses puissantes
Qui levaient le rideau de sa jeune candeur.

*

Elle cherchait, d’un oeil troublé par la tempête,
De sa naïveté le ciel déjà lointain,
Ainsi qu’un voyageur qui retourne la tête
Vers les horizons bleus dépassés le matin.

*

De ses yeux amortis les paresseuses larmes,
L’air brisé, la stupeur, la morne volupté,
Ses bras vaincus, jetés comme de vaines armes,
Tout servir, tout paraît sa fragile beauté

*

Étendue à ses pieds, calme et pleine de joie,
Delphine la couvait avec des yeux ardents,
Comme un animal fort qui surveille un proie,
Après l’avoir d’abord marquée avec les dents

Baudelaire

*****

*

*bondim.gif

 

Ma bohème

faby18122908713017gros.gif

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

baree8.gif 

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j’ égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou.


Rimbaud

 

colombemauve122738095147gros.gif

 

 

1...345678

BIENVENUE !

Puissiez-vous trouver votre visite intéressante, par la mise en évidence d'un fait qui vous touche.
Bonne lecture

Quand la PAIX ?

femmepleurs

Articles récents

Catégories

Droit de paroles ?

L'armée française doit-elle se retirer d'Afghanistan ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

"Il est très étonnant que je n'ai pas encore abandonné tous mes espoirs, car ils paraissent absurdes et irréalisables.
Pourtant je m'y accroche, malgré tout, car je continue à croire à la bonté innée de l'homme.
Il m'est absolument impossible de tout consctruire sur une base de mort, de misère et de confusion"

Anne FRANK

"L'humanité serait depuis longtemps heureuse... si tout le génie que les hommes mettent à réparer leurs bêtises...ils l'employaient à ne pas les commettre."
Nietzche

Désespérer de toi,
valet du vestiaire ?
Pourquoi ?
Le ciel est grand,
Dieu n'a pas de frontière,
Qui sait ?
Peut-être, un jour,
te sera-t-il donné D'être St Paul,
vers l'aube entraîné ;

Car aujourd'hui féroce,
ignorant et stupide,
Tu gardes les manteaux
pendant qu'on nous lapide

Sers celui qui te sert,
car il te vaut peut-être ;
Pense qu'il a son droit,
comme toi ton devoir ;
Ménage les petits,
les faibles.
Sois le maître
que tu voudrais avoir.

V.Hugo

L’ APOCALYPSE

"Par ses manoeuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer au nom de la Bête ou au chiffre de son nom +++++
C'est ici qu'il faut de la finesse !
Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête c'est un chiffre d'homme : son chiffre est 666" ***

St Jean

LA PENSEE

La pensée est strictement individuelle, et c'est par elle que se fait le progrès, non par la société à laquelle s'adonnerait le citoyen bêlant
Cette société, à laquelle d'aucuns opposent l'individu n'a aucune réalité. Rien n'est plus rétrograde, plus dangereux, que de la diviniser
La société n'est qu'un moyen. Mais il est vrai aussi qu'elle se donne comme une fin dès qu'on lui permet. C'est la tyrannie !
Refusons d'être pris au piège du monstre Léviathan qui accentue le sarcasme de son sourire ! Dangereux d'attendre un Thésée nouveau qui exterminera le nouveau Minotaure.
L'hydre ne sera vaingu que par des citoyens vigilants
Si cette lutte toujours recommencée ne devait plus se poursuivre sous le poids des propagandes abêtissantes, sous le fouet des terreurs larvées ou sanglantes
Si cet élan spirituel d'âge en âge transmis devait aujourd'hui s'épuiser
Alors il serait permis d'acquiescer au verdict de Taine :
"Nul homme réfléchi ne peut espérer
.
ALAIN

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« déc    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Tout Beuvry sur le Web |
promos viandes |
actuplanet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chlochlodu77
| Et si vous preniez un
| blogbladi