Archives pour la catégorie poemes



Châtiments

colombemauve122748435982gros.gif 

 Je sais bien qu’on me dit :
- Tiens-toi tranquille, ami.
Retire-toi de tout.Sors des luttes. Verrouille
Ta porte dont le gond souhaite un peu de rouille,
Calfeutre ton volet, ferme ton paravent.
A quoi bon feuilleter l’histoire en écrivant
Sans cesse ta douleur, pitié, haine des crimes,
Anathème au bourreaux, hymne sombre aux victimes…

***

Oui, la terre est fatale et le ciel est funeste ;
Oui, l’homme est ténébreux ; qu’importe s’il te reste

Ton frais jardin, caché dans dans le creux d’un écueil ?
Le sage rit aux fleurs dans cet immense deuil. -

colombemauve122707747706art.gif

- Non. Le devoir est là. Pas de lâcheté. Pas de repos.
L’humanité souffre.
La grande brèche du progrès est ouverte.
La mêlée des méchants écrasant les bons
est plus furieuse et plus noire que jamais.
Je mourrai combattant
(Victor Hugo)
 

lauranordh122448833412gros.gif

Apollinaire

avatar81.gif

L’hiver revient mon âme est triste
Mon coeur ne sait rien exprimer
Peut-être bien que rien n’existe
Hiver de tout hiver d’aimer
Où la peine seule résiste

loveyou1.gif

Et pourquoi donc mon coeur bat-il
Par la tristesse qu’il endure
Toi qui m’attends ô coeur gentil
Ne sais-tu pas que je m’azure
Pour te rejoindre plus subtil

loveyou1.gif

Je suis le bleu soldat d’un rêve
Pense à moi mais perds la raison
Vois-tu le songe qui s’achève
Se confond avec l’horizon
Chaque fois que ton eil se lève

loveyou1.gif

O toi que j’aime éperdument
A qui je pense dès l’aurore
Et tout le jour je vais t’aimant
Et quand vient le soir je t’adore

nousdeux122526471176gros.gif

 

nougatine122522850739gros.gif

 

Aujourd’hui 9 novembre 2008 nous pourrions commémorer le 90° anniversaire de la mort de Guillaume APOLLINAIRE, né de père inconnu (probablement un officier italien) dont la mère était issue de la noblesse polonaise. Il naquit le 26 août 1880 à Rome  Wilhelm Albert Wlodzimierz Apollinary de Waz-Kostrowicki

Après des études aux Lycées de Nice et de Cannes il devint précepteur dans une famille allemande. Là il tombe amoureux de la gouvernante anglaise qui l’éconduira. Nous devons à ce refus les poèmes de la douleur de la rupture : Annie et La chanson du mal aimé.
Il entretien ensuite une passion chaotique avec Marie Laurencin, tout en se liant d’amitié avec Picasso, Derain, Poullain, Vlaminck et le Douanier Rousseau. A cette époque il décide de vivre de sa plume …poète-journaliste-critique d’art.
En août 1914 il désire entrer dans l’armée, le conseil de guerre le refuse car il n’est pas français. Il entreprend une procédure de nationalisation (acte du 3/9/1917). En décembre 1914 il est accepté.
Peu avant son incorporation il rencontre, en septembre 1914 à Nice, Louise de Coligny Chatillon (divorcée et volage). La rupture intervient en 1915.
Le 17 mars 1916 il est blessé par un éclat d’obus dans une tranchée. Le 10 mai on doit le trépaner.
Il épouse alors Jacqueline, une charmante rousse, en 1918…La même année, le 9 novembre 1918, très affaibli, son organisme ne peut résister à la grippe espagnole, et il rend l’âme. Son ami Picasso a conçu un monument pour son tombeau ; payé avec la vente d’une de ses toiles et d’un Matisse. Bien des visiteurs se rendent au Père Lachaise (division 86) pour admirer l’oeuvre du peintre-sculpteur et rendre hommage au poète.   
 

 .                                      250pxtombedeguillaumeapollinaire.jpg
                                                                                   

                                  nougatine122522850739gros.gif

 

Le Griffon

colombemauve122732769874art.gif 

Dieu, le monde étant fait, reconnut que cela
N’était rien, puisque rien n’y disait : me voilà ;
Puisque rien n’y pensait et n’y parlait ; de sorte
Que la création en naissant était morte ;
Or l’Incréé voulut engendrer l’immortel.
Il fit l’âme, et la mit dans l’homme, son autel.
L’homme seul reçu l’âme en l’univers visible.
Dieu créa pour Adam ce faîte inaccessible.

***

Au-dessous de l’homme, âme, intelligence, esprit,
La matière roula dans la pierre, fleurit
Dans la plante, et hurla dans la bête, sans vivre.

***

Voyant qu’il avait seul une âme, Adam fut ivre ;
Il voulut la science et déroba le fruit.
C’est pourquoi Dieu jeta les hommes dans la nuit.
(Victor Hugo)

nany122461403005gros.gif

Le Hibou

 isabellisa122866121995gros1.gif

Cette création est toujours en travail ;
L’astre refait son or, et l’aube son émail,
La nuit détruit le jour, l’onde détruit la digue,
Incessamment, sans fin, sans repos, sans fatigue.
*
On naît, on se féconde, on vit, on meurt, sans trève ;
Et parfois j’aperçois, même au delà du rêve,
Dans des fonds où mes yeux n’étaient jamais venus,
Des levers effrayants de mondes inconnus. 

lamagiedenoel122743249362gros.gif

Oh ! pourquoi ces chaos, si tout vient d’un génie ?
Oh ! si c’est le néant, pourquoi cette harmonie ?

lamagiedenoel122743249362gros.gif

 

S’Il est, pourquoi sent-on le froid de la couleuvre ?
S’Il est, d’où vient qu’un ver ronge toute son oeuvre ?
*
Et pourquoi souffre-t-on ? Et pourquoi permet-il
La Douleur, cette immense et sombre calomnie ?
Qu’est-ce que fait le mal dans l’univers ? il nie.
Il dit : « Vous rêvez Dieu quand c’est moi qui vous suis.
La preuve qu’il n’est pas, vivants, c’est que je suis « .

lamagiedenoel122743249362gros.gif

 Cela roule sur qui ? Cela tourne : sur quoi ?
D’où vient-on ? va-t-on ? Je ne sais rien. Et toi ?
(V.H.)

selene92122866160142art.gif

Les voix

angemimi122813476110gros.gif 

Et d’abord, de quel Dieu veux-tu parler ? Précise.
Quel est celui qui tient ta pensée indécise ?
Dis, est-ce du Dieu peint en jaune, en rouge, en bleu ,
Habitant un triangle où flambe un mot hébreu ?
Face dorée au fond d’une nuée épaisse ?
Portant couronne, étole, et glaive, et sceptre ; espèce
D’empereur, habillé d’un habit de soleil ?
Ayant au poing le globe et Satan sous l’orteil…?
love.gif
Est-ce du Dieu qui veut la chanson pour prière ?
Qu’on invoque en trinquant, Dieu bon vivant qui rit ;
Comprend, sait que la chair est faible, a de l’esprit :
Dieu point fâcheux qui vit en bonne intelligence
Avec les passions de votre pauvre engeance,
Excusant le péché, l’expliquant au besoin….
love.gif
Est-ce du Dieu qu’on voit à Versailles monter
Aux carrosses du roi, bien né, suivant les modes,
Rendant aux Montespan les Bossuet commodes
Dieu de cour, Dieu de ville, avec soin expurgé
De toute humeur brutale et de tout préjugé…?
love.gif
Dis, est-ce le dieu guèbre, est-ce le dieu mormon
Qu’il te faut ? Ou le Dieu qui fit rouer Labarre ?
Vois. Choisis. Ou le Dieu qui donne au turc barbare
Des femmes plein la tombe et plein le firmament ?
love.gif
L’homme abject a besoin,
Étant méchant, d’un juge,et, hideux, d’un témoin !
Il veut un Dieu. C’est bien. L’homme prend de la brique ;
Chaque peuple a le sien ; et la religion
A l’unité pour Masque et pour nom Légion.
La terre crée un monstre et se met sous sa garde
Et c’est avec stupeur que le grand ciel regarde
Croître sur vos fumiers ce misérable Dieu

aleshanee122960311691gros.gif

Qui que tu sois, prends garde aux formules écrites.
Sache que les autels, les cultes et les rites
 Les Korans, les Talmuds, ont besoin pour durer
Que nul principe faux ne les vienne altérer
La superstition qui leur tend sa mamelle
Les infecte et les tue ; et quand l’homme se mêle
A ces religions que vous avez en bas
Elles pourrissent vite et ne se gardent pas.

angemimi122813476110gros.gif

Nulle image venant de l’homme et de la terre
Ne s’applique a l’abîme et ne peint son mystère…
Retiens ceci : multiple, étrange, impénétrable,
L’univers sombre est hors de l’homme misérable…
Chaque globe a son jour dont il a le secret
Son soleil dont il vit, dont un autre mourrait.
Selon la quantité d’ombre qui les mélange,
Ils penchent vers la brute ou se dressent vers l’ange ;
Ils sont enfers ou ciels, saturnes ou soleils.
C’est par le seul regard de Dieu qu’ils sont pareils.

noelnativite0191.gif

Sagesse

 555.gif

Je suis venu, calme orphelin,
Riche de mes seuls yeux tranquilles,
Vers les hommes des grandes villes ;
 lls ne m’ont pas trouvé malin.

caverneauxgifs02122479000724gros.gif

A vingt ans un trouble nouveau,
Sous le nom d’amoureuses flammes,
M’a fait trouver belles les femmes ;
Elles ne m’ont pas trouvé beau.

caverneauxgifs02122479000724gros.gif

Bien que sans patrie et sans roi
Et très brave ne l’étant guère,
J’ai voulu mourir à la guerre ;
La mort n’a pas voulu de moi.

caverneauxgifs02122479000724gros.gif

Suis-je né trop tôt ou trop tard ?
Qu’est-ce que je fais en ce monde ?
O vous tous, ma peine est profonde ;
Priez pour le pauvre Gaspard !
Paul Verlaine

merci.gif

 

 

oups007122521438305gros.gif

 

artverlaine.pngPaul VERLAINE est né le 30 mars 1844 à Metz. Son père étant Capitaine dans l’armée il vécut dans différentes villes de garnison (Montpellier, Metz…) ; puis s’installe à Paris dès sa retraite. L’enfant fait une bonne scolarité ; malheureusement il découvre l’absinthe à 16 ans.

Il fréquente alors les salons littéraires et les cafés. En 1866 il collabore au   »Parnasse contemporain » et publie les « Poèmes Saturniens«   (on sent l’influence de Baudelaire).

En 1870 il prend fait et cause pour  »la Commune ».

Presque au début de son mariage il rencontre Arthur Rimbaud ; quitte son foyer et part avec lui en Angleterre, puis en BelgiqueLors d’une dispute, en 1873, il blesse son ami ; suivent deux années de prison.

Il écrira « Sagesse » suite à cette épreuve. Puis « Jadis et Naguère » (1884), « Parallèlement » (1888).

La célébrité arrive en 1887…mais il plonge dans la misère. Heureusement une pension lui est allouée avec son couronnement de « PRINCE des POÈTES » en 1894.

Mais VERLAINE est usé. Il meurt à 52 ans le 8 janvier 1896 à Paris.

                                                                                                                  artverl.jpg   

                                                                                     oups007122521438305gros.gif

Le voyage

cyndirella122624753905gros.gif

Pour l’enfant, amoureux de cartes et d’estampes,
L’univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

***

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rtythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers

***
La curiosité nous tourmente et nous roule,
Comme un Ange cruel qui fouette des soleils.

***

Amer savoir, celui qu’on tire du voyage !
Le monde, monotone et petit, aujourd’hui
Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image :
Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui !

***

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ;
Pars, s’il le faut. L’un court, et l’autre se tapit
Pour tromper l’ennemi vigilant et funeste,
Le Temps ! Il est, hélas,! des coureurs sans répit…

(Baudelaire)

colombemauve122703310349gros.gif

 

Le couvercle

angemimi122813476110gros.gif

En quelque lieu qu’il aille, ou sur mer ou sur terre,
Sous un climat de flamme ou sous un soleil blanc,
Serviteur de Jésus, courtisan de Cythère,
Mendiant ténébreux ou Crésus rutilant,

*

Citadin, campagnard, vagabond, sédentaire,
Que son petit cerveau soit actif ou soit lent,
Partout l’homme subit la terreur du mystère,
Et ne regarde en haut qu’avec un oeil tremblant.

*

En haut, le Ciel ! ce mur de caveau qui l’étouffe,
Plafond illuminé pour un opéra bouffe
Où chaque histrion foule un sol ensanglanté ;

*

Terreur du libertin, espoir du fol ermite :
Le Ciel ! couvercle noir de la grande marmite
Où bout l’imperceptible et vaste Humanité.

Baudelaire

*

colombemauve122504917690gros.gif

 

Ire, non ambire

isabellisa122866121995gros.gif 

Sachons mener à bout, sans égoïsme vain,
Notre travail humain sous le travail divin ;
Si l’orgueil vient, broyons du pied cette couleuvre ;
L’homme est l’outil, Dieu seul est l’ouvrier de l’oeuvre,
Donc servons pour servir, avec simplicité.
Sans avoir pris de grade à l’université
Et sans être nommé recteur par le ministre,
Le blond soleil dissout l’ignorance sinistre.
Éclairons comme lui, non pour nous mais pour tous ;
Et faisons gravement ce qui Dieu fait par nous.

arts.gif


Je crois ; cela vaut-il qu’on m’adore ? Je pense ;
Cela mérite-t-il aucune récompense ?
Je vois ; mais c’est déjà posséder tout que voir !
Hommes, jusqu’au martyre acceptons le devoir ;
Souffrons, aimons ; soyons l’apôtre, soyons l’ange ;
Et ne demandons rien, pas même une louange.

arts.gif 

La nature adoucit l’homme par ses rayons ;
Elle brille dans l’aigle et dans les alcyons,
Dans l’onde où boit l’oiseau, dans l’herbe où l’agneau bêle,
Et ne tend pas la main quand on dit qu’elle est belle !
Mai, sans être payé, combat l’hiver qui fuit :
Le lys n’a pas besoin qu’on le décore, il luit ;
La lavande embaumée où l’abeille se pose
Ne lui vend par le miel, quand il produit la rose,
Le rosier fait gratis cette action d’éclat ;
L’astre a–il attendu jamais qu’on l’appelât
Et que quelque Lindor chantât une romance,
Pour venir de sa flamme éblouir l’ombre immense ?

V.H-

enfant7.gif

Semper eadem

chezcaline122364380854gros.gif

« D’où vous vient, disiez-vous, cette tristesse étrange,
Montant comme la mer sur le roc noir et nu ? »
- Quand notre coeur a fait une fois sa vendange,
Vivre est un mal. C’est un secret de tous connu.

colombemauve122505931707gros.gif

Une douleur très-simple et non mystérieuse,
Et, comme votre joie, éclatante pour tous.
Cessez donc de chercher, ô belle curieuse !
Et, bien que votre voix soit douce, taisez-vous !

colombemauve122505931707gros.gif

Taisez-vous, ignorante ! âme toujours ravie !
Bouche au rire enfantin ! Plus encore que la Vie,
La Mort nous tient souvent par des liens subtils.

colombemauve122505931707gros.gif

Laissez, laissez mon coeur s’enivrer d’un mensonge,
Plonger dans vos beaux yeux comme dans un beau songe,
Et sommeiller longtemps à l’ombre de vos cils !

an.gif

 

  

1...45678

BIENVENUE !

Puissiez-vous trouver votre visite intéressante, par la mise en évidence d'un fait qui vous touche.
Bonne lecture

Quand la PAIX ?

femmepleurs

Articles récents

Catégories

Droit de paroles ?

L'armée française doit-elle se retirer d'Afghanistan ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

"Il est très étonnant que je n'ai pas encore abandonné tous mes espoirs, car ils paraissent absurdes et irréalisables.
Pourtant je m'y accroche, malgré tout, car je continue à croire à la bonté innée de l'homme.
Il m'est absolument impossible de tout consctruire sur une base de mort, de misère et de confusion"

Anne FRANK

"L'humanité serait depuis longtemps heureuse... si tout le génie que les hommes mettent à réparer leurs bêtises...ils l'employaient à ne pas les commettre."
Nietzche

Désespérer de toi,
valet du vestiaire ?
Pourquoi ?
Le ciel est grand,
Dieu n'a pas de frontière,
Qui sait ?
Peut-être, un jour,
te sera-t-il donné D'être St Paul,
vers l'aube entraîné ;

Car aujourd'hui féroce,
ignorant et stupide,
Tu gardes les manteaux
pendant qu'on nous lapide

Sers celui qui te sert,
car il te vaut peut-être ;
Pense qu'il a son droit,
comme toi ton devoir ;
Ménage les petits,
les faibles.
Sois le maître
que tu voudrais avoir.

V.Hugo

L’ APOCALYPSE

"Par ses manoeuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer au nom de la Bête ou au chiffre de son nom +++++
C'est ici qu'il faut de la finesse !
Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête c'est un chiffre d'homme : son chiffre est 666" ***

St Jean

LA PENSEE

La pensée est strictement individuelle, et c'est par elle que se fait le progrès, non par la société à laquelle s'adonnerait le citoyen bêlant
Cette société, à laquelle d'aucuns opposent l'individu n'a aucune réalité. Rien n'est plus rétrograde, plus dangereux, que de la diviniser
La société n'est qu'un moyen. Mais il est vrai aussi qu'elle se donne comme une fin dès qu'on lui permet. C'est la tyrannie !
Refusons d'être pris au piège du monstre Léviathan qui accentue le sarcasme de son sourire ! Dangereux d'attendre un Thésée nouveau qui exterminera le nouveau Minotaure.
L'hydre ne sera vaingu que par des citoyens vigilants
Si cette lutte toujours recommencée ne devait plus se poursuivre sous le poids des propagandes abêtissantes, sous le fouet des terreurs larvées ou sanglantes
Si cet élan spirituel d'âge en âge transmis devait aujourd'hui s'épuiser
Alors il serait permis d'acquiescer au verdict de Taine :
"Nul homme réfléchi ne peut espérer
.
ALAIN

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

mai 2020
L Ma Me J V S D
« déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Tout Beuvry sur le Web |
promos viandes |
actuplanet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chlochlodu77
| Et si vous preniez un
| blogbladi